Rechercher

20.02.20 Ces séquences de 2 et de 0 qui viennent me stimuler...

Mis à jour : févr. 22

Je ne sais pas vous, mais de mon côté cette année 20 est une véritable stimulation à trouver un accord à l'intérieur de moi. Une ode à l'harmonisation intérieure, trouver l'équilibre, la justesse...une danse entre mes opposés, mes contradictions, mes paradoxes.


Mon cœur et ma raison inventent et recréent ensemble une nouvelle façon de danser la vie. Je visualise mon cœur comme mon "enfant intérieur" et mon mental comme l'adulte que je suis devenue.

J'ai pu réaliser en ce début d'année que ce qui me freinait dans tous mes élans était ce petit enfant intérieur qui semblait avoir été ignoré depuis si longtemps.


Avez-vous déjà expérimenté de partir en promenade avec un de vos enfants lorsque sa plus grande joie serait de poursuivre sa dernière construction de légos? Il faut alors puiser dans une grande créativité pour motiver nos enfants à nous suivre dans nos escapades bucoliques... et en même temps savons-nous nécessairement mieux que lui ce qui est bon pour lui ?

Je ne vais pas nous entraîner dans un débat éducatif sur "qui élève qui ?"dans nos relations parents/enfants car je reste convaincue que l'élévation est conjointe et que chacun y trouve sa "leçon d'évolution personnelle".


En faisant ce parallèle je peux aisément me relier à mon enfant intérieur qui n'a pas connu la joie de la négociation "parent-enfant" celle-ci étant hors de propos dans mon enfance. Je suis d'une génération de "suiveurs", les parents étaient les rois du monde. Ce n'est que bien plus tard que nous avons connu l'apparition de "l'enfant- Roi" faisant apparaître tout autant de déséquilibre dans la relation. Mais ce sont ces extrêmes qui nous amènent à chercher cet équilibre, à laisser s'exprimer ce dialogue intérieur, à entreprendre cette folle négociation qui permettra d'accoupler les opposés. Les conflits générationnels ont encore une longue vie devant eux mais ils ont cela de bon qu'ils tendent à assouplir toujours plus nos relations.


Pour en revenir à mes élans, mon ardeur et ma motivation dont je vous parlais au début, elle dépend de ce petit être à l'intérieur de moi, cette enfant que j'ai été et qui croyait dur comme fer, qu'elle n'avait rien de personnel à apporter ici puisque ses parents lui avaient appris à suivre sagement sans remettre en cause leurs choix et décisions. Promis, craché, juré je ne vous entraîne pas sur le chemin de la belle victime qui a envie de tordre le cou à ses c.. de parents! J'ai fait mes années de psy/thérapies/et autres réjouissances...! qui m'ont permis d'exprimer, voire même de ressasser, toutes ces sales choses qu'on m'avaient obligées à faire mais aussi et surtout empêchées de faire, à savoir apprendre à avoir une opinion, la mienne et la défendre.


Bref! Chacun fait ce qu'il peut, avec ce qu'il est et toutes ces années d'introspection n'ont fait que creuser un peu plus le trou dans lequel j'avais envie de me cacher. Non seulement j'avais eu l'impression enfant de ne pas être intéressante mais en plus en grandissant je culpabilisais de ne pas trouver un moyen de m'en sortir, seule ou "accompagnée". Je ne sais pas vous mais à ce niveau d'autocritique/auto-jugement poussé à l'extrême, il y a cette formidable pulsion de vie qui se met à tambouriner à ma porte pour que je sorte de cet auto-sabotage destructif. Il ne tient plus qu'à moi de cesser de croire l'autre pour qu'enfin je me mette à m'écouter. Pour la petite histoire pendant mes années ubuesques de "thérapies à rallonge", j'ai beaucoup entendu les "tu t'écoutes trop!".. et bien j'ai réalisé que c'était tout le contraire et que le thérapeute remplaçait ce "parent-imparfait-incapable-de-savoir-mieux-que-moi-ce-qui-me convient"- je ferme la parenthèse!


Où en étais-je? la pulsion de vie! oui et depuis ce début d'année je sens ce rééquilibrage nécessaire entre la voix de mon cœur et celle de ma raison. Toutes ces "années raisonnables" où la voie de mon enfant intérieur était inaudible, silencieuse car persuadée de ne pouvoir intéresser personne. A présent je l'écoute et si les débuts ont été périlleux avec la nécessité impérieuse de classer les dossiers (les blessures passent enfin dans la catégorie "cicatrices", elles restent apparentes car elles font partie de moi mais elles n'ont plus besoin d'être soignées..elles sont guéries!), je m'aperçois avec délice que c'est en l'écoutant que je peux être branchée sur mes intuitions/inspirations et que ma créativité est réactivée.


En cette date mythique où les 2 s'étalonnent, je laisse mon enfant intérieur sortir de son placard et tapoter innocemment sur le clavier et me réjouis de découvrir ce qu'il souhaite me révéler.

18 vues

Posts récents

Voir tout

20.03.20

A l'aube du printemps, au temps du confinement.. Oui se replier, se ramasser, se confiner pour accumuler toute l’énergie nécessaire qui permettra de déployer ses ailes. A l'instar de la graine qui sor

02.02.2020

Avec une date comme celle que nous avons aujourd'hui, je sens comme une trépidation à l'intérieur, quelque chose qui me murmure que non je ne rêve pas , il est vraiment entrain de se passer quelque ch